2

Le temps d’une pause festive conventionnelle est terminé, adieu les embrassades convenues, les vœux « bateaux » et les grandes accolades……….juste encore le temps pour nous de digérer la dinde et ses marrons, de sortir de notre léthargie éthylique et d’un placebo de bonheur pour nous retrouver nous-mêmes et encerclés d’eux-mêmes . Oui mes chers amis souhaitons nous une bonne et heureuse année mais n’oublions pas de nous la souhaiter tous les jours et de regarder les autres tous les jours De concilier bonheurs individuels et altruisme. Les dangers sont plus grands aujourd’hui car nos libertés individuelles sont atteintes, les pouvoirs concentrés, soient-ils de gauche ou de droite, sont toujours excessifs, brutaux car leurs décisions ne rencontrent pas d’opposition. Le monde associatif est un formidable contre-pouvoir, une force de propositions et de réalisme. Alors continuons à nous serrer les coudes, à militer pour nous et pour les autres. Chacun d’entre nous n’existe que par l’autre. Ecce homo a sa place dans le paysage social et culturel. Notre association doit être un acteur actif et reconnu sur les chemins de la diversité.

Alors oui mes amis, continuons à faire la fête car elle nous rassemble, nous permet d’échanger, de nous rencontrer, en un mot d’exister.

La fête est universelle, elle porte en elle la communion avec les autres. Aussi je vous propose que chaque jour soit une fête !

Laurent. NASS Vice-Président

3

4

GROUPE DE REFLEXION

Le Groupe de Réflexion s’est réuni le 20/11/2007 chez Laurent.

Voici le programme des débats qui seront organisés en 2008.

− Famille et homo, thème déjà abordé il y a quelques années mais il serait intéressant de faire le point aujourd’hui.

Débat qui devrait être co-animé par les asso traitant de ce sujet contact 31 / APGL. L’idée d’une rencontre débat ouverte au public a été retenue Le café FOY à AGEN (par ailleurs café philo) sera sollicité dans ce sens.

− Le plaisir d’être gay devrait être le thème du débat inter asso 2008. − Les homos et leurs codes, en restent-ils?

Retenez dés à présent la date du 08 février 2008 au local.

− Les homos et leurs médecins.

− L’homosexualité et les religions. Le débat sera organisé avec la présence d’un universitaire spécialisé dans l’histoire des religions ou en théologie. D’autres asso identitaires devraient nous rejoindre. La présence de responsables de grandes religions est prévue.

Ce programme n’est pas figé, il peut être complété alors n’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions

Téléphonez, envoyez vos courriers et mails et mieux encore venez à la prochaine réunion du GROUPE DE REFLEXION prévue le 29 janvier 2008 à 20h00 chez Laurent

(06.08.83.97.37)

RANDONNÉE AVEC « LES BASCOBAROUDEURS » EN PAYS BASQUE ESPAGNOL À ARTIKUTZA

C’était la première fois qu’Ecce Homo participait à une randobasco. Aussi tout le monde a été aux petits soins avec Guy et moi, c’était bien agréable! Nous sommes partis le samedi après-midi. Nous avions rendezvous à Saubrigues près de Saint Vincent de Tyrosse chez Philippe qui nous avait déjà accueillis lors de l’assemblée générale des basco. Je ne vous parlerai pas de la garbure et du confit que nous avait mitonné son ami Franck, vous seriez jaloux!

Le dimanche matin, nous nous sommes retrouvés à 8h30 à Bayonne. Puis l’impressionnant cortège a passé la frontière en se dirigeant vers les cimes. L’allure était rapide malgré l’heure matinale et de rond point en bretelle d’autoroute nous avons fini par nous perdre bien que chaque conducteur avait été pourvu d’une feuille de route. Nous nous sommes néanmoins retrouvés à Artikutza au départ de la randonnée vers 10h. Nous étions bien 70 entre les Bascobaroudeurs, les amis de l’Homosocialité, l’association basque espagnole Gehitu et nous deux d’Ecce! Il y avait tous les âges et beaucoup de filles dans un climat très chaleureux. Malgré la température négative, un soleil radieux était lui aussi au rendez-vous. Le but de la randonnée était de faire le tour du lac d’Artikutza par les crêtes. Ce lac artificiel alimente la ville de Saint Sébastien. Nous sommes partis bien emmitouflés, avec des bonnets pour certains, des bâtons sculptés pour d’autres et nous deux plantés dans nos chaussures de marche toute neuves de néophytes. La balade a commencé tranquillement en sous-bois pendant 2h00 jusqu’à une première pause café (et même café rhum). Là, j’ai enlevé ma polaire.

La pause terminée, çà s’est compliqué avec une ascension d’une heure. La grimpette a été dure, j’ai fini par tremper mon sweatshirt. Tant bien que mal, nous sommes arrivés au point culminant de la rando où nous avons pique-niqué, bu de l’eau ou un peu de vin nouveau et fait séché quelques vêtements. De là nous avons admiré les montagnes environnantes avec quelques cimes enneigées. Une fois repus et bien reposés, nous avons repris la marche, pendant 2h30 en suivant les crêtes et en regardant ces superbes paysages d’automne aux couleurs brunes, cuivres ou feux et surtout ce ciel si bleu. Au loin, nous pouvions apercevoir Biarritz et la côte landaise avec ses plages remontant vers le nord. La deuxième partie de la rando était plus facile puisque nous suivions les sommets tout en redescendant vers notre point de départ. A l’arrivée, nous étions un peu

5

fatigués mais heureux d’avoir fait, ensemble, une aussi belle randonnée avec un si beau temps.

De là, nous sommes allés boire un verre, manière de ne pas se quitter comme çà, puis chacun a regagné son véhicule et s’en est allé après d’interminables embrassades.

Merci aux Basco et bravo pour la qualité de leur organisation: entre le repérage des lieux, l’estimation de la difficulté de la rando (2 sapins quand même sur une échelle de 3), le soutien aux âmes perdues ou désespérées pendant l’ascension et la très bonne ambiance qui régnait tout au long du parcours. Rendezvous est pris pour une prochaine et j’espère vraiment que les Lot et Garonnais seront plus nombreux.

Domi et Guy

Les autres assos

Family Gay Naissance d’une association de familles homoparentales

Family Gay, association de familles et futures familles homoparentales, vient de voir le jour. Family Gay a pour objectif de faciliter l’écoute, la convivialité et l’entraide entre les familles ou futures fa- milles homoparentales.

En France, environ 200 000 enfants grandissent au sein d’une famille homoparentale. De plus en plus de gays et de lesbiennes deviennent parents en ayant recours aux techniques de Procréation Médicalement Assistée dans d’autres pays d’Europe (Belgique et Espagne en particulier) ou en se tournant vers la coparentalité. Les enfants nés au sein de ces familles ne disposent pas des mêmes droits que les autres, notamment en cas de séparation du couple ou du décès du parent biologique. Par les actions qu’elle entend mener (rencontres, informations, permanences téléphoniques, manifestations, conférences…), Family Gay souhaite contribuer à la reconnaissance de ces familles et futures familles ainsi qu’à l’évo-lution de leurs droits. L’idée de cette association est née au sein d’un forum sur Internet et de la volonté de ses membres de créer un cadre plus concret et plus militant. Family Gay a également pour ambition de créer un réseau européen de familles et futures familles homoparentales.

Contact presse : Ingrid CHABBERT 06 60 51 96 01 Secretariat.familygay@gmail.com 6http://family-gay.forumactif.com/

ENTRE-NOUS

ORGANISE LE …

0

0

2

S

R

A

M

0

3

&

9

2

L

e

Réserve ton week-end !

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU COMITÉ DE PILOTAGE AIDES/ECCE HOMO

LE 06 DÉCEMBRE 2007.

Le comité s’est réuni afin ,d’une part de faire le point sur les actions réalisées depuis la signature de la convention en 2004 et d’autre part inscrire les actions 2008.

Le constat est unanime : s'il existe bien une volonté politique des 2 structures, la mise en œuvre et l’adhésion des membres de l’association a été faible. Malgré cela des actions de prévention et de sensibilisation ont été réalisées dans l’enceinte d’Ecce Homo et à l’extérieur. Certes le bilan peut sembler léger au regard des volontés engagées mais il appartient à tous de se sentir concernés il faut se rappeler que toutes les études liées à la contamination chez les gays montrent une augmentation des contaminations et un désintérêt marqué pour les actions de sensibilisation et de prévention. Le SIDA tue toujours, il faut s’en rappeler aussi. Le comportement tout capote et la réduction des risques restent d’actualité.

Pour 2008 nous envisageons de signer, sur proposition de la délégation AIDES 47, une convention de prêt de local sur AGEN.

Cet espace sera exclusivement réservé pour l’accueil , l’écoute, la sensibilisation et l’information. Ouvert à tous et à toutes, la permanence mensuelle devrait être l’occasion de projections « thématiques » susceptibles de faire partager des informations et de débats. Des actions de prévention « in situ » devraient être réalisées conjointement sur les lieux de drague du 47. (à ce jour Jardin de Jayan à Agen, la Fillole à Marmande et La Lagüe à Casteljaloux). Si vous connaissez d’autres lieux de rencontre merci de nous les faire connaître.

La prochaine date de rencontre est fixée au début 2008, à cette occasion un point presse sera réalisé et surtout un calendrier précis des actions sera établi. Cette rencontre se fera avec une nouvelle équipe de AIDES puisque Yasmine, coordinatrice 47 rejoint dès janvier la région Rhône-Alpes plus proche des siens. Aussi j’en profite pour lui renouveler mon témoignage de sympathie et formuler des vœux de belles réussites, elle a, à nos cotés, accompagné une démarche concrète que nous n’aurions pas réalisé sans son aide.

Laurent NASS

7

G lu (littérature) par Francis MARIETTA

Le prince de Kazarkhan

de Nicolas HENRI

L'histoire, au XIII siècle, du futur sultan du Kazarkhan nommé Djamil qui est davantage poète, musicien et surtout… Amoureux des garçons. Djamil a quinze ans et, escorté par son fidèle Ali, ils partent au bord d'une rivière où Djamil se baigne. Revenu sur le rivage il s'allonge sur le sable, somnolent. Sélim, un garçon de seize ans d'un village proche le voit et, soudain aperçoit le serpent mortel qui s'approche du prince. Il ne fait qu'un bon et se jette sur le serpent au péril de sa vie. Selim deviendra le page de Djamil et ils s'aimeront très fort. Lors des seize ans du prince, il est de coutume qu'il déflore une jeune fille vierge aux fins de créer sa descendance. Il confiera cette besogne à son page et partagera leur couche pour s'amuser avec Selim. Une belle histoire de prince charmant à la mode gay.

Un garçon à la mode

d’Olivier CECHMAN

La chronique du Gay Parisien avec un garçon qui bosse dans une boutique de fringues de luxes et ses aventures de cœurs. J'avais, au départ un a priori contre ce genre de littérature purement Parisienne, frivole et futile. Et bien mea-culpa, c'est franchement très drôle et bien écrit.

C'est donc une multitude de petites anecdotes sur ses collègues, ses clients et ses amours abondantes. Une très belle analyse sociologique du paraître sur un joli fond humoristique.

G rencontré « T-O »

Encore un heureux élu de l'année 69, vierge de surcroît. Le petit Alain (T-O ne naîtra que plus tard), voit le jour dans le Marmandais, un vrai gascon de mère Bretonne. Il est le troisième d'une fratrie de cinq. Deux devant et deux derrière, la mauvaise place ?

Papa est carrossier et maman s'occupe des enfants, secondant son homme dans toutes ses entreprises. J'habite à la carrosserie. Des voisins, un jardin, des chiens, un village : Virazeil.

À la maternelle je suis le chouchou de la maîtresse : pendant les promenades elle me porte dans ses bras et je regarde les autres marcher. Je joue même avec les grains de beauté de son cou !

Au CE1 rien ne va plus ! La maîtresse ne supporte pas que je fasse des fautes, même dans la correction ! Alors, elle me "corrige" à coups de règle sur les phalanges. Ma tête ne lui revient pas, je suis trop gai à son goût. En revanche les instits aime me faire chanter… Dans la chorale. C'est à moi que l'on confie la chorégraphie d'une farandole sur le thème de Tartarin de Tarascon. Moi, je suis le lion !

Je ne travaille que si j'aime l'instit donc s’il 'aime…

Ma mémoire me permet d'avoir assez facilement la moyenne sauf en orthographe ! D'ailleurs je refuse de mettre les "s" et les accents, qui à mon sens ne servent à rien !! (ndr, mais non, je ne suis pas rebelle…)

8

Mon père me baptise Alain en souvenir de son petit frère mort noyé dans la Garonne. Il était boulanger et avec ses horaires décalés il avait accepté d'aller se baigner avec ses copains. Au début, je suis le chouchou : Il fait nuit et on part avec maman essayer la nouvelle "DS" pendant que les autres sont au lit.

À sept ans les choses se gâtent.

Papa ne me trouve pas assez mâle. Il s'agace de me voir encore avec mon nounours.

Il dit à ma mère "Si ça continue tu vas en faire un PD. Je n'ai vraiment manqué de rien si ce n'est de marque d'affection de sa part.

En quatrième je pars à Villeneuve sur lot en CAP au LEP Louis Couffignial. Je quitte maman et c'est très très dur. À l’époque je suis un gamin habillé simplement (c'est maman qui choisi les fringues BCBG/disco, décalé). C'est l'âge des conneries, premier vol dans un magasin à huit ans, c'était un cadenas rose.

À quatorze ans, aux Nouvelles Galeries, trois portefeuilles m'apprennent qu'il y a des détecteurs antivol, je sonne en sortant. Première arrestation. Grâce à mes talents d'acteur j'obtiens que les flics ne donnent pas suite : mon père ne sait pas.

Premiers émois, jeux interdits, mignon encore, innocent, avec frères et sœur, cousins, cousines ; ah les siestes d'antan !

À onze ans je vais chercher le lait à la ferme voisine. Le fermier a eu sept garçons. L'un d'eux (le petit poucet), aguerri par ses frères, m'emmène voir une petite génisse, mais

il en profite pour me renverser dans la paille. Je ne suis pas du tout traumatisé.

Mais vive la pension ! Flavien et Camel sauront me consoler… Ce qui ne m'empêche pas d'avoir une fiancée "officielle" que j'ai rencontrée à quinze ans et demi. La devanture est clean, les apparences sauvées. Je me vois bien marié avec des gosses (et bien sûr plein de copains).

À dix-huit ans je devance l'appel, je suis plombier à la caserne ENORSSA à Libourne. Entouré de beaux petits mecs en uniforme, mais pour une fois je suis sage. C'est à cette époque que ma "fiancée" me quitte. Je vais de petits boulots, plombier, chauffagiste, électricien, en période de chômage durant lesquelles je travaille sur l'exploitation familiale. Mes parents s'étant reconvertis en aviculteurs, papa est mon patron. Nos relations sont difficiles et je tente l'expérience jusqu'à huit fois où je pars fâché à chaque fois. J'avais l'espoir de reprendre l'affaire à sa retraite.

À 29 ans, je vis à Bordeaux chez ma tante "Papou", lesbienne. Je bosse à Villeneuve/lot le week-end comme responsable de production chez "Céréal's group". La semaine je l'aide à rénover sa petite épicerie fine/crèmerie. Un soir je l'invite avec sa compagne et, à l'apéro, j'annonce que je préfère les garçons. Elle verse quelques larmes… De joie.

C'est ce soir-là que je rencontre Mikel au TH. Il a 22 ans, étudiant, et veut devenir secrétaire d'ambassade ou "Laurent Ruquier" à qui il ressemblait beaucoup… en brun. Il me fait découvrir et aimer Bordeaux (ah, c'est beau la culture). On sort tous les soirs et on ne va pas qu'au musée. Il habite à côté de la grosse cloche. Nous dormons dans un petit lit de 70 centimètres et nous ne sommes jamais tombés.

Quelques années auparavant, je vais vendre mes poulets sur le marché de Marmande.

Je rencontre Jean Bernard évangéliste. J'étais seul à l'époque pas d'amis ni de petits amis. Il est extraordinairement gentil et devient vite comme un grand frère. Je me convertis à Jésus et suis baptisé à la Lagüe. Mes parents sont horrifiés : « avant c'était la drogue et la musique punk, maintenant c'est Jésus et après ça sera quoi ?». Ils craignent le pire, effectivement j'ai encore des choses à leur apprendre. Il y a un mouvement de "réveil" à Paris. Je pars m'y installer pour être plus près de Jésus, j'habite dans l'église. J'ai trouvé un boulot à côté dans une usine d'abrasifs, je suis gardien "sacristain" de l'église. À la lumière des textes et des prédications, je considère que

mon attirance pour les garçons est une addiction dont je dois me défaire pour être en accord avec le courant évangélique ce que je prends pour "Parole Divine".

Je fréquente cette église de 98 à 2001, j'y suis l'enseignement d'une école biblique pour devenir pasteur.

Mais on ne peut pas taire éternellement qui l'on est.

Mes efforts ne sont pas suffisants à leurs yeux, je reste quelqu'un de suspect, malgré ma chasteté totale. Je prends du champ vis-à-vis de cette église et des gens qui la composent.

À mon travail (télésurveillance de nuit) mon patron me demande si je peux héberger une amie. Elle est Ivoirienne et sans papier. Florence est belle, petite, de grands yeux noirs, fesses de garçon. Tout va très vite, mariage, papiers, bébé et… Séparation. Elle décide de s'installer à Villeneuve sur lot et pour ne pas être trop loin de ma fille, Débora-Kla, je la suis. Je loue un petit moulin à la campagne où je vis seul avec mon chien Ulck. Mon état est tel que je me fâche avec tout le monde et même mes parents.

Je décide de ne plus être appelé Alain, et, un soir de "fête" à Bordeaux avec des amis, on trouve ce surnom de T-O.

Le lendemain plus personne ne sait à quoi correspondent ces deux lettres, mais elles sont écrites sur la bouteille de whisky que j'avais achetée au Yellow moon. On décide de les garder, c'est ainsi que mes amis me nomment depuis. C'est à cette période que je rencontre Ioan dont je tombe amoureux. Il est bien jeune et nos différences nous séparent rapidement.

C'est grâce à lui que je découvre Ecce-homo. 9

Très vite je m'y sens bien. C'est peut-être cela qui m'a aidé à faire mon coming-out familial. J’avais écrit à mes parents et mon père me fit savoir que si je souhaitais en parler avec eux, leur porte m'était ouverte. Cependant, le sujet ne fut plus abordé : je vis ma vie sans avoir à m'en expliquer.

Lors de la Gay Pride 2005 de Bordeaux, triste des frasques de Ioan, je m'écarte du groupe d'amis avec qui nous étions réunis pour l'apéro chez les Marietta.

Denis, conscient de mon mal être, me console. C'est ce soir-là que je comprends l'attirance que j'éprouvais pour lui. C'est le début d'une belle histoire… Denis m’aime comme personne auparavant et plus nous avançons plus je l'aime aussi. Me sentir autant aimé, respecté, choyé… Mais hélas il devait nous quitter en janvier 2007. Il laisse un grand vide autant à l'asso, pour les siens et dans ma vie. Notre couple était open et mes amis m'aident à passer cette épreuve. Je ne sais pas vivre sans amour, sans affection. Après quelques aventures, Jean Pierre et moi nous rapprochons et j’habite chez lui depuis…

T-O

Propos recueillis et rédigés par Guy MISSUD

G lu (presse)par Nathalie DIETLIN

DÉPORTATION HOMOSEXUELLE: les maires de Toulouse et Mulhouse interpellés

Il y a un an déjà, en novembre 2006 le MDH avait adressé

à l'occasion du deuxième

dans ce sens un courrier à tous les élus du Conseil Municipal

anniversaire de la mort de

de Toulouse ainsi qu’au maire, Jean-Luc MOUDENC et de

Pierre SEEL

nombreux élus de ce conseil (majorité et opposition confondues) avaient répondu qu’ils approuvaient à titre

Le Mémorial de la Déportation

personnel cette demande, selon le Mémorial.

Homosexuelle rendra hommage à Pierre SEEL le 25 novembre prochain.

Un an après le MDH demande au maire que ce voeu soit inscrit

L'association profite du deuxième

à l’ordre du jour du groupe de travail qu’il anime, formalité anniversaire de sa mort pour relancer la préalable à une délibération du Conseil Municipal de Toulouse. demande de lieux commémoratifs dans les deux villes entre "Il apparaît clairement que l’aboutissement de cette demande lesquelles il a partagé sa vie. nécessite votre validation politique, c’est pourquoi nous vous

Le 25 novembre 2005 disparaissait Pierre SEEL, le seul déporté demandons de nous indiquer quelles suites vous comptez français pour motif d’homosexualité ayant témoigné accorder à cette requête", écrit Hussein BOURGI, président de publiquement. l'association dans un courrier adressé à Jean-Luc MOUDENC. Dimanche 25 novembre 2007, pour le deuxième anniversaire Une demande similaire a été faite auprès de Jean-Marie de sa mort le Mémorial de la Déportation Homosexuelle fleurira BOCKEL, maire de Mulhouse et actuel ministre d'ouverture de sa tombe en présence de ses fils et de son dernier compagnon. Nicolas SARKOZY.

Rendez-vous est donné au public à 12h au cimetière de Bram "Le baptême d’une rue ou l’apposition d’une plaque au Square

(Aude) pour un recueillement et le dépôt d’une gerbe unique. Steinbach à Mulhouse permettrait de marquer un nouveau pas

Cette date anniversaire est l'occasion pour le Mémorial de la dans la reconnaissance officielle de la déportation pour Déportation Homosexuelle de relancer ses demandes auprès homosexualité depuis la France et d’honorer, à travers Pierre des municipalités de Toulouse et de Mulhouse de faire baptiser SEEL, la mémoire des nombreux déportés pour une rue de chacune de ces villes du nom de Pierre SEEL. homosexualité", estime le Mémorial de la Déportation Originaire de Mulhouse, c’est Toulouse que ce dernier avait Homosexuelle, dans sa lettre au maire. choisi comme ville d’adoption pour y mener son combat et

E-llico.com, le 20 novembre 2007

y finir sa vie.

10

HONGRIE: les couples de Il a également mentionné les même sexe vont bénéficier difficultés en cas d'héritage et en Man-X: NOUVELLE CHAÎNE GAY matière de droit aux pensions

de droits quasi identiques alimentaires. sur Freebox TV aux couples mariés Man-X, une chaîne concurrente de PinkTV, est Le gouvernement socialiste libéral Selon le projet de loi du désormais présente sur Freebox TV. hongrois veut donner aux couples gouvernement, les personnes qui La chaîne, déjà diffusée depuis octobre 2007 en non mariés, de sexe différent ou de auront fait enregistrer leur statut de Belgique et aux Pays-Bas, est placée sur le canal même sexe, des droits pratiquement couple pourront notamment avoir 189, juste après PinkTV.

identiques à ceux des couples accès aux mêmes allocations versées En France elle est commercialisée au prix de mariés, a annoncé vendredi un par l'État que les couples mariés. 4,99 euros par mois et propose des films porte-parole du Premier ministre "Le projet de loi ne fait pas de couronnés lors du dernier festival des socialiste. distinction quant au sexe des "Amsterdam European Gay Awards" en 2007)

couples", a assuré le porte-parole. et des films pornographiques entre minuit et "La nouvelle législation donnera des 5 heures. droits égaux aux personnes mariées et La seule différence reste l'adoption

E-llico.com, le 20 novembre 2007

à celles qui vivent comme couples d'un enfant, qui n'est possible que enregistrés", a annoncé David lorsque le couple est effectivement

DAROCZI, le porte-parole du marié. bureau du Premier ministre. SIDA: 2,5 millions de nouvelles

Il a rappelé qu'un million de Initialement ce projet de loi devait infections en 2007 personnes vivaient en couple en être proposé en 2009 voire 2010, Le virus du sida a encore infecté 2,5 millions de Hongrie sans avoir officialisé leur mais le secrétaire d'État Gabor personnes dans le monde cette année et environ union et qu'elles étaient, de ce fait, SZETEY, qui a reconnu son 32,2 millions de personnes vivent actuellement en butte à des discriminations. homosexualité cet été, a fait avec le virus, selon le rapport annuel du "Elles obtiennent difficilement des accélérer le processus pour éviter Programme commun des Nations Unies sur le prêts bancaires ou des subventions que le projet ne tombe dans "les VIH/sida (Onusida) qui paraît ce mercredi. sociales et n'ont pas accès aux débats de la campagne électorale" de Un peu plus de deux millions de patients sont allocations en cas de veuvage", 2009 (élections européennes) ou morts de la maladie en 2007, selon Onusida. a souligné David DAROCZI. 2010 (législatives).

E-llico.com, le 20 novembre 2007 E-llico.com, le 19 novembre 2007

San Francisco: DEUX SOEURS DE LA PERPÉTUELLE INDULGENCE ONT REÇU LA COMMUNION

Deux Soeurs de la Perpétuelle Indulgence ont reçu la communion des mains même de l'archevêque de San Francisco, le 7 octobre dernier. Mgr George NIEDERAURER affirme n'avoir pas perçu la supercherie alors qu'une des Soeurs portait une couronne de fleurs 11et la seconde une moustache. Le doute s'est installé sur une éventuelle complicité de l'archevêque dans la mesure où la paroisse où se sont déroulés les faits a déjà soutenu des initiatives envers les homosexuels catholiques.

L'évêque de Chicago, Wayne MILLER,n'a pas attendu la cérémonie de dimanche pour indiquer qu'il était favorable à un clergé ouvert au personnes LGBT.

L'évêque a déclaré au journal Chicago Tribune: "Mon but est de maintenir le dialogue entre les gens et je ne vois pas en quoi cela devrait diviser l'Église. Je pense au contraire que la différence d'opinion peut la rendre plus forte et en meilleure santé aussi longtemps que les gens restent autour de la table et continuent de se parler".

E-llico.com, le 20 novembre 2007

Garder la ligne

Tout d'abord, toutes nos excuses aux gourmands qui, ayant lu attentivement la précédente rubrique culinaire, ont désespérément cherché le dessert annoncé. Ils trouveront ci-dessous la page disparue dans les méandres de l'informatique.

Soupe de patates douces aux pommes :

Pour 4 personnes : une petite patate douce de 3-400 g (au rayon fruits et légumes exotiques), 4 petites pommes reinette ou golden, le jus d'un demi citron, 10 Cl de crème fraiche, 50 g de sucre, un sachet de sucre vanillé et une pincée de cannelle. Peler et couper la patate douce en petits dés et cuire dans 1 l d'eau avec le sucre vanillé et la cannelle pendant 20 minutes. Ajouter les pommes pelées, épépinées, et coupées en 2 avec le sucre et le jus de citron puis poursuivre la cuisson 15 minutes à feu doux. Lors de la cuisson sans couvrir, la moitié de l'eau doit s'évapo-rer. Mettre de côté avec précaution les pommes cuites et passer

la patate douce au mixer dans son jus. Ajouter une pincée de sel et la crème fraiche (éventuellement un trait de rhum) puis homogénéiser au mixer.

Couper les pommes tièdes en quartiers, les disposer en étoile dans 4 assiettes creuses. Verser la soupe de patates douces délicatement et servir entre chaud et tiède. Décorer avec quelques amandes effilées toastées.

Le plus : Si vous en avez à la maison, ajouter dès le début de cuisson une étoile de badiane et 3 graines de cardamome. Les retirer avant de mixer.

Votre point G vous arrive juste après un ou deux réveillons. Les victimes de la gueule de bois se remettrons en 1 ou 2 jours en suivant les conseils de Pierre-Philippe. Pour ceux ou celles qui ont dévoré des repas à 5.000 kcal la balance est impitoyable. Il va falloir perdre 1 à 3 kg tout en tirant les rois à qui mieux mieux. Vous pouvez faire pénitence et continuer à abuser de soupes et de potages. Mais on peut aussi faire honneur aux légumes de saison.

La reine du moment est l'endive, vous trouverez une recette à faire exclusivement au four à microondes. Pas de reine sans roi avec l'incontournable poireau qui reste trop souvent méprisé et cantonné à la soupe ou au pot au feu. Pourtant des blancs de poireau peuvent avantageusement remplacer les endives avec jambon et béchamel. Pour cette fois je reviendrais à quelque chose de plus diététique : la fondue de poireaux.

Endives à l'étouffée

Pour deux personnes : nettoyer 4 petites endives (500 g), enlever une partie du trognon qui est souvent amer (enlever un cône avec la pointe d'un couteau) et les fendre en 2 dans le sens de la longueur. Saler, poivrer, saupoudrer de poudre de fond de veau (ou de volaille) et mettre quelques petits morceaux de beurre. Enfermer le tout de façon hermétique dans du film alimentaire (faire 2 paquet est plus facile) et bien caler dans une terrine. Cuire aux microondes en 2 fois 6 minutes à la puissance maximum avec un intermède de 5 à 10 minutes. Déballer au moment de servir. Ces endives mijotées dans leur propre jus accompagnent à merveille toutes les viandes blanches.

Fondue de poireaux

Choisir des poireaux bien blancs (passer le vert dans la soupe). Les nettoyer et couper en rondelles d'un demi centimètre (environ 500 g pour 4 personnes). Emincer un demi oignon et le mettre à rissoler dans une cuillère à soupe d'huile d'olive. Dès qu'il se colore ajouter les poireaux saler , couvrir et laisser cuire à feu doux pendant 30 minutes en remuant de temps en temps avec une cuillère en bois (ajouter un peu d'eau si les poireaux se colorent, ils doivent fondre et devenir translucides). En fin de cuisson, découvrir pour évaporer le liquide en excès, poivrer et ajouter une cuillère à soupe de sucre en poudre. Arrêter la cuisson quand cela commence à caraméliser. Cette fondue de poireaux s'accorde parfaitement avec les pois-sons blancs ou les noix de saint Jacques.

Jean-Pierre DUCHESNE

Son…G à Serge GAINSBOURG

En préambule, saviez vous que Serge Gainsbourg accompagna tout au long de son enfance son père, chef d’orchestre dans de nombreux cabarets de Paris où se produisait à l’époque nombre de travestis?

Il m’est impossible d’oublier dans cette rubrique ce cher Serge qui fit tellement de fois carrière sur des thèmes et des attitudes sulfureuses. Une fois de plus lorsqu’il reprend cet immense succès d’Edith Piaf (MONLÉGIONNAIRE), GAINSBOURG ne déroge pas à la règle. Mais il faut savoir que l’homosexualité fût maintes fois abordée dans sa carrière : Notamment au travers de l’album « LOVE ONTHE BEAT » sorti en 1984 dont l’homosexualité orne plusieurs titres de façon secondaire ( HARLEYSONOF ABITCHet HMMHMMHMM) voire en est le sujet principal ( KISS ME HARDY, I’MTHE BOY).

Et puis en prime, je vous livre ce petit bijou d’écriture datant de 1963 que l’artiste créa et interpréta sur scène avant de le remettre au placard et dont Il n’existe malheureusement aucune version enregistrée par son créateur. On trouve cependant une version filmée dans les archives de l’INA (interprétation de Marielle et Claude Brasseur) qui est téléchargeable sur Internet et une autre version par le groupe rennais éphémère « Scennic Railway » qui ne dura que le temps d’ un album hommage à Serge Gainsbourg . Autant dire que les traces de ce titre sont fragiles .

Voici donc: DIEUQUE LESHOMMES SONTMÉCHANTES.

Oh Serge, je vous trouve parfois très alléchante :

Stéphane GAY

Mon LégionnaireBonheur perdu, bonheur enfui, Paroles: Raymond ASSO. Toujours je pense à cette nuit 13 Musique: Marguerite MONNOT Et l'envie de sa peau me ronge. 1936 Parfois je pleure et puis je songe

Que lorsqu'il était sur mon cœur, J'aurais dû crier mon bonheur…

Il avait de grands yeux très clairs Mais je n'ai rien osé lui dire. Où parfois passaient des éclairs Comme au ciel passent des orages. J'avais peur de le voir sourire ! Il était plein de tatouages Que j'ai jamais très bien compris. (Refrain)

On l'a trouvé dans le désert.

Son cou portait : « Pas vu, pas pris. » Il avait ses beaux yeux ouverts. Sur son cœur on lisait : « Personne »

Dieu que les hommessont méchantes Dans le ciel, passaient des nuages.

Sur son bras droit un mot : « Raisonne ».

Il a montré ses tatouages (1963) Refrain En souriant et il a dit, J'sais pas son nom, je n'sais rien d'lui. Montrant son cou : « Pas vu, pas pris » De longs regards Non tu plaisantes Montrant son cœur : « Ici, personne. » Sur qui me tente J' suis réformé Il m'a aimée toute la nuit, Il ne savait pas… Je lui pardonne. Tous les beaux-arts Ma lieutenante Mon légionnaire !

En dilettante Toi le conseil Et me laissant à mon destin,

Refrain

Un beau cycliste Tu passeras Il est parti dans le matin J'rêvais pourtant que le destin Passera Ca t'apprendra Plein de lumière ! Me ramèn'rait un beau matin Et me prendra Dieu que les hommes Il était minc', il était beau, Mon légionnaire, La vie est dure Sont méchantes Il sentait bon le sable chaud, Qu'on s'en irait seuls tous les deux A la détente j'aime aimer comme Mon légionnaire ! Dans quelque pays merveilleux J'ai mes fourrures ça me chante Y avait du soleil sur son front Plein de lumière !

Chez ma tante Et quand cela Qui mettait dans ses cheveux blonds

Il était minc', il était beau, Un fils à papa Passera Me passera De la lumière ! On l'a mis sous le sable chaud Et les prendra Ça vous prendra Mon légionnaire !

Service armé Y avait du soleil sur son front Qui mettait dans ses cheveux blonds De la lumière !

Grand Écran par Francis MARIETTA

14

G la santé

LA GUEULE DE BOIS

Ce sujet qui semblera un peu anachronique au moment où il paraîtra, était en fait prévu pour le dernier Point G précédant le réveillon. Mais comme certains le savent, des circonstances douloureuses ne m' ont pas permis de le terminer à temps. Mais après réflexion, les quelques conseils qu' il prodigue pourraient intéresser certaines personnes qui fréquentent les soirées parfois un peu arrosées d' Ecce Homo (je ne vise personne en particulier, mais un peu quand même ...).

La plupart d' entre nous savent bien entendu ce dont il s'agit. Le lendemain d'une soirée, le réveil est difficile et même douloureux, la bouche est pâteuse, la soif est associée à des nausées voire à des vomissements, des vertiges (d'autant que l' alcoolémie n' est pas encore revenue à zéro), et surtout, il existe un marteau piqueur dans la tête qui est prête à exploser !

A quoi sont dus ces symptômes désagréables ? Le foie n'y est absolument pour rien contrairement à une idée très répandue. Par contre son rôle est majeur dans la détoxication de l'alcool qui est en cause, et explique en partie la fatigue qui suit les agapes. C'est le métabolisme de l'alcool qui est en cause, en particulier sa dégradation en acétaldéhyde, une substance 30 fois plus toxique pour l' organisme que l' alcool lui même. Son accumulation par dépassement des capacités d'élimination, serait en partie responsable des maux de tête et des vomissements. Ces symptômes désagréables sont d'autant plus graves que l'alcool consommé contient du méthanol dont la teneur varie en fonction du breuvage. Dans l'ordre décroissant : brandy, vin rouge, rhum, vin blanc, gin et vodka. Pour éliminer un toxique le rein doit éliminer aussi de l'eau, ceci explique l'augmentation du volume des

urines et la paradoxale déshydratation, d'où soif et maux de tête. Les nausées et les vomissements étant favorisés par l'effet direct de l'alcool sur l'estomac. La tolérance à l'alcool est de plus variable selon "l'entraînement", selon le poids, selon le sexe (la femme est 2 à 3 fois plus sensible que l'homme !), selon les races (60% des asiatiques sont déficients en un enzyme, les rendant ainsi plus vulnérables).

Que faire pour traiter la gueule de bois ? Des observations précédentes, on peut en conclure que : Il faut boire de l'eau en même temps ou après l'absorption de l'alcool pour favoriser son élimination et éviter la déshydratation. La prise simultanée d'aliments ralentit l'absorption de l'alcool mais n'en diminue pas la quantité totale absorbée. Les maux de tête seront combattus avec du paracétamol, on évitera l'aspirine qui va aggraver la gastrite voire favoriser un saignement œsogastrique, cette dernière interfère d'autre part dévaforablement au niveau enzymatique avec la dégradation de l'alcool. Les nausées et les vomissements seront combattus avec les antiémétiques classiques telle que la dompéridone. L'acidité gastrique et les brûlures gastriques en résultant seront soulagées par un pansement gastrique ou un antiacide effervescent comme la ranitidine, complété éventuellement d'eau de Vichy ou de Badoit. Un antispasmodique (phloroglucinol) peut être utile en cas de douleurs abdominales. La principale défense naturelle contre les toxiques étant le gluthation, on peut augmenter sa production avec de la vitamine C (qui atténuera aussi la fatigue) et de la N-acétylcystéine (habituellement un fluidifiant bronchique).

Bien entendu on évitera une nouvelle prise d'alcool et les aliments lourds et gras. On n'oubliera pas que l'alcool est éliminé à la vitesse de 0,1 à 0,15 g/l par heure et que donc si on se couche à 3h du matin avec 2 g/l, le taux résiduel à midi aura toutes les

15

chances de se situer entre 0,6 et 1 g/l d'où des complications possibles avec la maréchaussée tout en se croyant à jeun. De même si on absorbe certains médicaments incompatibles avec l'alcool (anxiolytiques, hypnotiques, antibiotiques, … )

Une possible prévention ? L'abstinence certes, mais aussi une certaine modération qui évitera ce désagrément qu'est la GDB et qui vous fait jurer qu'on ne vous y reprendra pas. Du moins jusqu'à la prochaine fois ...

Pierre-Philippe.

Game-boy/Game-girl Les p’tits

jeux de Francis et Chris.

Réponses aux énigmes précédentes :

Il s’agit bien de Casseneuil dont le château fut fondé par Charlemagne et où naquit son fils dit « le pieux ou le débonnaire » qui fut roi d’Aquitaine avant de succéder totalement à son père. Je sais qu’il y a polémique avec Chasseneuil du Poitou mais pour ma part, sans chauvinisme, je me suis basé sur l’ouvrage de J.F SAMAZEUILH « Histoire de l’Agenais, du Condomais et du Bazadais » tome 1, réédité en 2005 et disponible dans toutes les librairies. Bravo à celles et ceux qui ont trouvé.

Le Marquis de Ficalba

Lesanimauxdel’arche 

Dans le texte suivant sont cachés des noms d’animaux qu’il s’agissait de découvrir :

Avec hâte (chat)et joie (oie), Philippe va chercher (vache) la crèche, va la (cheval) déposer au pied (pie) du sapin de Noël. Très ému, le (mule) frère (Patrick) arrive au (veau) salon et pose au pied des santons, un souRis (souris) que-toi à orner l‘arbre », dit-il. Puis, après avoir longtemps réfléchi, enfin (chien) , il dit : « Il a le tronc mou, ton (mouton) arbre. Apporte la pince (lapin) et fixe-le .» À ce moment, la coquette (coq) Sonia demande pour son (ourson) cadeau, une rivière d’émeraudes à Philippe qui répond : « Pour (pou) cela, il faudra, tu (rat) sais (saï), que je gagne autant (agneau) de pièces qu’il en faudrait (aï) pour aller de la Terre à la Lune. » À

18

sa bouche ronde (bouc, héron) , un pli, on (lion) le devine bien marque sa tristesse… « C’est fou, inexplicable (fouine) , même, j’aime un être qui ne (requin) gagne pas beaucoup pour tout ce qu’il écrit. C’est à ne (âne) rien comprendre ! »

Chris FOUQUET

Mon père était le frère de son beau-père. Ma mère était la fille de sa belle-sœur. J’étais donc le neveu de ma grand-mère. Mon père était donc le beau-frère de sa belle-mère et le gendre de sa belle-sœur. J’étais donc, par alliance, le neveu de grand-père. Si la famille ne s’était pas « disloquée », mon fils, né bien plus tard, aurait été le petit neveu de son arrière grand-mère… Cette situation ne m’a pas empêché de diriger la France pendant 22 ans; ceci sous deux formes de régime tout à fait différentes. Sachez, pour vous aider que je suis le premier d’une longue liste de 23 noms, à ce jour. Qui suis-je ? PS : tout le monde peut jouer, même le bureau, car personne n’a la réponse à l’avance sauf moi. À très bientôt.

Francis de Ficalba

Le sudoku :

Courage, tu l’auras !

Expédie tes réponses :

soit par mail: dominiquechades@orange.fr soit par téléphone au 05.53.70.97.61 tu gagneras peut-être un bon pour une conso au local en nous donnant la bonne réponse.

Prends toi au jeu et amuse toi bien ! Bon courage à toutes et à tous !

Les vœux de toute l'équipe du point G

Rédacteurs : Mise sous pli : Francis BERTRAND - Dominique CHADES Jean Pierre DUCHESNE Nathalie DIETLIN - Jean-Pierre DUCHESNE

Stéphane GAY - Laurent MAMES Coordination générale et mise en page : Guy MISSUD - Francis MARIETTA Christelle FOUQUET T-O Christelle FOUQUET

Merci à tous nos annonceurs qui ont voulu croire en ce guide et qui ont ainsi marqué leur solidarité avec les actions d’accueil, d’information, de lutte contre l’homophobie, de prévention santé et de divertissement menées par l’association Ecce Homo. Si vous venez chez eux grâce à ce guide, merci de leur signaler!